Elaboration du PRSE 3

Le 3ème Plan Santé-Environnement breton a été validé par le comité de pilotage le 5 mai 2017.

Il s’est construit sur les bases :

Comme le PRSE2, il est porté par l’Etat, l’Agence Régionale de Santé et le Conseil Régional et sa signature est prévue en juin 2017.

La concertation préalable : les rencontres du GRSE et les ateliers

Afin d’associer les différentes parties prenantes contribuant à la mise en œuvre du PRSE (élus, décideurs, services de l’État, collectivités territoriales, professionnels de la santé et de l’environnement, partenaires économiques et sociaux, associations, usagers…), deux temps de rencontre du Groupe Régional Santé-Environnement ont été organisés (22 mars et 14 juin 2016)

L’élaboration et la concertation ont pris la forme de 4 ateliers (« Habiter-Accueillir », « Produire-Travailler », « Consommer », et « Bouger-Se détendre », présidés respectivement par le Conseil Régional, la DRAAF, la DREAL et l’ARS).

La première journée de travail (le 22 mars 2016) avait pour objectifs:

  • de présenter, en séance plénière, les éléments de cadrage et la méthodologie d’élaboration du PRSE3 (télécharger les présentations)
  • d’identifier collectivement, en ateliers, les enjeux prioritaires à porter dans ce plan sur la base d’enjeux pré-identifiés dans le PRSE2, son évaluation, et/ou le PNSE3 et en s’appuyant sur les données issues de l’état des lieux actualisé par l’ORS Bretagne et le cas échéant, de les reformuler ou les compléter par d’autres enjeux non pré-identifiés.

A l’issue de cette première journée, une synthèse des travaux des 4 ateliers a été élaborée par le Comité Technique et les rapporteurs de chaque atelier : 18 enjeux ont ainsi émergé des propositions issues des ateliers, les points de vigilance et de consensus ont été identifiés, les points sujets à interrogation ont été soumis à l’avis du Comité de pilotage.

Cette synthèse des enjeux a ensuite été adressée à chaque participant des ateliers, en leur offrant de contribuer à proposer des actions, pour être discutées dans les ateliers de la seconde rencontre du 14 juin 2016: ce sont environ 80 pistes de mise œuvre reçues qui ont été analysées par le COTECH regroupées et/ou reformulées en 37 propositions d’actions en vue d’être discutées lors de la seconde journée.

La seconde journée de travail était donc consacrée à la discussion de ces 37 propositions d’actions: il était demandé aux participants des ateliers de classer les actions proposées en justifiant les critères retenus pour leurs choix et le cas échéant, de les reformuler ou les compléter par de nouvelles actions.La restitution des travaux de chaque atelier a été présentée à l’ensemble des participants en séance plénière.

Le document d’orientations

Sa validation par le Comité de pilotage permet de finaliser cette première phase de concertation qui se concrétise par l’élaboration d’un plan d’actions.

Il s’est construit sur la base des enjeux et des actions identifiés comme prioritaires par les participants aux ateliers :

  • en écartant les propositions d’actions régaliennes (tout comme dans le PRSE2) puisqu’il est considéré que ces actions ont un caractère obligatoire et font partie intégrante des activités quotidiennes des services de l’Etat et de la Région,
  • en écartant les propositions d’actions relevant du niveau national et non spécifiques à la Bretagne,
  • en regroupant les 18 enjeux en 8 objectifs qui placent les territoires et les bretons au cœur du dispositif et affichent les thèmes majeurs que sont l’air et l’eau ainsi que les nouveaux défis qui émergeront et pour lesquels des réponses seront nécessaires dans les années à venir,
  • en identifiant 24 actions chacune illustrée de possibilités de mise en œuvre issues des 80 propositions formulées par les participants aux ateliers.
    (télécharger le document d’orientations)

Le Plan

Le plan, écrit sur la base du document d’orientations en consolidant le plan d’actions et les modalités de mise en œuvre et en prenant en compte les observations formulées, a été validé par le Comité de Pilotage dans sa version projet le 27 janvier 2017 et dans sa version définitive le 5 mai 2017.

Les points phares du PRSE3 :

  • le plan d’action en 8 objectifs et 24 actions (pour le détail des actions, voir pages 17 et suivantes du document)
    Objectif 1 : Observer, améliorer les connaissances, s’approprier les données, pour agir de manière adaptée aux réalités des publics et des territoires bretons,
    Objectif 2 : Agir pour une meilleure prise en compte des enjeux Santé-Environnement dans les politiques territoriales,
    Objectif 3 : Agir pour l’appropriation des enjeux santé environnement par les Bretons,
    Objectif 4 : Aménager et construire un cadre de vie favorable à la santé,
    Objectif 5 : Agir pour une meilleure qualité de l’air extérieur et intérieur,
    Objectif 6 : Agir pour une meilleure qualité de l’Eau (eau d’alimentation de la ressource au robinet, eau de loisirs),
    Objectif 7 : Agir pour des modes de vie et des pratiques professionnelles respectueuses de l’environnement et favorables à la santé,
    Objectif 8 : Répondre aux nouveaux défis : changement climatique, ondes, perturbateurs endocriniens, nanomatériaux.
  • 3 groupes de travail thématiques transversaux
    Groupe « Communication ». Il aura notamment en charge la refonte du site internet prse-bretagne.fr pour une évolution vers une plate-forme d’échanges et de mutualisation.
    Groupe « Décloisonner et assurer une cohérence entre le PRSE et les autres plans, programmes et schémas régionaux ».
    Groupe « Territorialisation des actions », chargé de s’assurer de la cohérence entre les besoins issus des diagnostics locaux et la réalisation des actions dans les territoires.
  • la labellisation des actions PRSE3

Le PRSE3 se veut évolutif et pendant toute sa durée, de nouvelles propositions de mise en œuvre y seront intégrées. En effet, des actions pourront être impulsées par les copilotes ou émerger via l’appel à projets ARS/DREAL ou selon d’autres modalités (partenariats avec le Conseil régional par exemple). Certaines actions pourront aussi être valorisées dans le cadre de la labellisation.